CurcumaNews

Le lait et ses potes, les produits laitiers 1/3


Pour que cet article soit plus digeste je le divise en 3 parties, elles se suivront de près. 

Voici l’un des sujets qui me tient le plus à coeur. Je précise, ça a son importance, que je ne suis pas anti-lait, mais que l’orgie laitière dans laquelle nous baignons doit être pointée du doigt. Les intolérants au lait devraient limiter leur consommation (il y en a beaucoup) et les autres en consommer raisonnablement. Encore une fois, un morceau de fromage ne vous fera pas mal, par contre, boire son grand verre de lait chaque jour avant d’aller au lit et se réveiller en remplissant ce même verre (j’en connais pas mal !) peut expliquer pourquoi vous vous sentez si rouillé et fatigué, comme si chacune de vos articulations étaient en grève (c’est d’actualité en même temps).

Allons-y. Empruntons tous ensemble le chemin vers la compréhension du lait (mes biens chers frères, mes biens chères soeurs, avancez avec moi tous en coeur…Eddy Mitchell forever). 

Commençons en précisant que de toutes les espèces de mammifères qui peuplent cette planète, nous sommes les seuls qui continuons à consommer des produits laitiers à l’âge adulte. Qui plus est, un lait qui n’est pas fait pour nous mais pour le veau et sa première année de vie (il n’en consomme plus après, pas fou).

Les autres mammifères ne boivent pas le lait d’autres animaux (je ne parle pas des animaux domestiques qui suivent notre modèle) et ils arrêtent d’en boire après le sevrage. Leurs os ne manquent pourtant pas de calcium.

lait produits laitiers

Non, ça n’existe pas

Les idées reçues ont la vie dure. Surtout lorsqu’elles touchent à nos croyances profondes que l’on peut résumer comme suit : il faut consommer du lait pour avoir des os solides et une santé d’acier.

Le tour de bassin d’une vache s’apparente t-il tant que ça au notre ? Sommes-nous donc physiquement si semblable pour que les industrielles veuillent autant nous en refourguer à toutes les sauces ? Il est vrai que parfois certaines personnes peu inspirées peuvent nous regarder avec des yeux de bovins mais de là à nous comparer, il y a un viaduc !

Pour ma part, c’est l’une des catégories d’aliment que j’ai stoppé et dont j’ai ressenti immédiatement les bienfaits. Adieu boutons, adieu douleurs articulaires, adieu gras, adieu cancer… Mince, je vais trop loin, enfin, tout dépend si vous pratiquez ou non la langue de bois. Consommé EN EXCES, le lait augmente le risque de nombreuses maladies telles que l’obésité, le diabète, la sclérose en plaque, les cancers du sein, des ovaires, de la prostate, l’inflammation en général, les infections ORL, les douleurs articulaires… Oh le grand méchant lait ! Est-il l’unique responsable ? Bien sur que non, mais il s’ajoute à la liste des facteurs environnementaux favorisant ce type de maladie. Je n’ai d’ailleurs pas dit le lait « provoque » les maladies mais « augmente le risque », c’est très différent.

Pourtant, il suffit parfois de faire une pause pour se rendre compte à quel point tout va mieux.

L’arrêt des produits laitiers a été une des plus grosse révélation dans ma vie tant les bienfaits ont été immédiats (alors même que je ne soupçonnais pas du tout y être intolérante). Du coup, je me dois de vous en parler, puisque l’objectif de ce blog est de partager et que je ne partage que des choses que j’ai expérimenté et qui m’ont apporté beaucoup de bien être. Non pas pour vous pointer du doigt mais pour, peut-être, amorcer un petit changement en vous (si ce n’est pas déjà le cas).

Parce que concernant le lait, les contres vérités encrées en nous depuis notre tendre enfance sont difficiles à remettre en cause. En effet, le lobby laitier est très présent en France (dans le monde en fait) où l’on nous vante encore les fameux « 3 produits laitiers par jour » (j’aimerai bien savoir qui est le con mec derrière ce slogan, je suis sûre qu’il a l’oeil bovin). Ma fille qui mange de temps en temps à la cantine les consomme carrément en 1 repas (plat à la crème, fromage et yaourt, au secours…). Il y a un long chemin à parcourir.

« Ça tombe bien je ne bois pas de lait »

Lorsque je discute avec des amis c’est la phrase qui ressort le plus. Sauf qu’en grattant un peu, on s’aperçoit que ça n’est pas vraiment le cas. En effet, consommer des produits laitiers ne se résume pas à boire son litron de lait chaque matin (pour accompagner un bon bol de céréales). Il n’y a pas que le lait, il y a tous ses potes qui vont avec, à savoir, la crème, le beurre, le fromage, les yaourts… Dans certains médicaments également avec du lactose pour excipient, et encore une fois, quasiment tous les produits issus de l’industrie agroalimentaire qui s’en donne à coeur joie pour en mettre partout et nous en faire consommer des doses pharaoniques sans même que l’on ne s’en aperçoive… Ce n’est plus 3 produits laitiers par jour que l’on consomme mais 10. Le problème est là.

Donc, si effectivement les produits laitiers proviennent essentiellement du « lait animal » (ceux dont nous parlons), « consommer des produits laitier = boire du lait » constitue un raccourci. Il faut élargir son champ de vision pour se rendre compte de sa consommation quotidienne. Faites les totaux sur une semaine, et vous serrez surpris, vous ne pourrez plus dire « de toute façon je n’en consomme pas », c’est la plupart du temps faux. Car il n’est pas rare d’en consommer plusieurs portions en un repas (et sans boire de lait) et hop des pâtes carbo, et hop un bout de fromage, et hop un yaourt 0% pour la bonne conscience (voir les produits allégés), et hop un petit biscuit industriel sucré au lactose pour accompagner le yaourt…

petit déjeuner

Mange ton bol de lait au sucre et tais toi

Quel buveur de lait êtes vous ?

Où en êtes-vous de votre transformation en power rangers veau ?

Vous n’êtes pas loin si :

  • Chez vous le lait s’achète en pack
  • Beaucoup rêverait d’avoir une pompe à bière chez eux, mais vous, vous rêvez d’avoir une vache dans votre salon pour téter du bon lait frais tous les matins
  • Les bons petits plats ne se font pas sans crème
  • Le beurre pour la cuisson c’est la vie
  • Qui est le con mec (encore lui) qui a inventé « 3 produits laitiers par jour » ? C’est bien trop peu !

Regardez bien, dans le bas de votre dos, la petite bosse qui pousse au niveau du coccyx n’est pas une hernie discale mais une petite queue de veau qui commence à poindre. Bon, pas de panique, je vais vous expliquer.

lait produits laitiers

Cette vache est trop petite il m’en faut plus

Le lobby du lait

Bon, parlons du con mec en question. Celui qui s’infiltre partout jusque dans les centres de recherche. Celui qui s’est dit qu’il fallait nous faire avaler plus de calcium et qui a fait ses choux gras d’une maladie appelée l’ostéoporose, dont il a même réussi à faire rembourser les examens par la sécu… Puissant le mec quand même.

Bon, le con n’est pas tout seul, ils sont plusieurs. L’industrie du lait arrose de son gros pis de nombreuses personnes hautement placées. Et c’est là que le scandale commence : tous les messages diffusés allègrement au grand public reposent sur des études biaisées et ont même été contrés par de nombreuses études « indépendantes » c’est à dire non financées par les intéressés. Bizarrement, les études financées par le lobby laitier ont des résultats souvent très favorables (et encore, pas tout le temps !).

Comment en est-on arrivé a consommer autant de lait ?

Il ne s’agit pas d’une théorie du complot mais de faits avérés.

Je ne vais pas remonter l’histoire des sept millions d’années passées par l’homme sans consommer de lait (hormis maternel), le lait ayant été introduit il y a 10 000 ans seulement, mais me contenter du début du siècle dernier.

Tout d’abord, la pasteurisation qui date de 1871 a favorisé la consommation de lait.

Pendant la guerre les soldats recevaient quotidiennement leur dose de lait, gracieusement offerte par l’industrie laitière. Puis la guerre cessant il a fallu trouver autre chose.

Ils se sont rendus compte que pour créer des habitudes alimentaires durables il fallait commencer tôt. Ils s’attaquent donc aux enfants.

Cela commence avec une mesure étatique dans les années 50 pour suivre le modèle américain (années 20 en Angleterre, et 40 aux Etats-Unis), qui impose le verre de lait sucré dans les écoles 2 fois par jour. Le lait devient indispensable au même titre que l’eau. Il s’agit soit disant de « vaincre la malnutrition ». Le régime alimentaire doit être énergétique et repose sur le sucre, la viande, les céréales et le lait. C’est la dessus que se bâtira toute l’agriculture européenne.

Mais bien avant la santé des enfants, cette mesure est surtout prise pour écouler les stocks de lait et de sucre.

produits laitiers

Buvez chers enfants

Ils arriveront même à remanier les grands groupes d’aliments pour y ajouter les laitages. Ce qui donne :

Viandes-poissons-oeufs

Produits céréaliers

Fruits & légumes

Laitages

Dans les années 60 ils lancent des actions promotionnelles dans les maternités avec des échantillons gratuits, des pots de vin au personnel médical, ils payent des vacances de rêves aux médecins… Grande classe. Ils veulent remplacer  le lait maternel par des formules lactées censées l’égaler. Qu’une mère souhaite ou puisse allaiter ou non est une chose mais que l’on nous fasse croire que le lait de vache est meilleur pour le bébé que celui de sa mère, non merci.

A la fin des années 60 les représentants de l’industrie laitière sont un peu partout, dans les instances officielles, les organismes gouvernementaux, les colloques scientifiques et médicaux, les médias, les écoles… Ceux là même qui nous disent quoi faire et en quelle quantité consommer le lait. Le calcul des apports de calcium conseillés pour la population française est confié à un chercheur de l’INRA (Institut National de la Recherche Agronomique) malheureusement rattaché à l’industrie laitière.

Sur les 29 membres du comité d’expert en nutrition humaine de l’agence française de sécurité sanitaire (AFSSA), chargée de conseiller les français sur leur alimentation, 20 ont des liens de collaboration avec le lobby laitier.

Des organismes sont crées pour faire de la propagande auprès des médecins et leur rappeler l’intérêt du calcium laitier.

Dans les années 90, ils se rapprochent des médecins en vue dans le domaine de la nutrition pour animer des colloques.

Certains médecins sont convaincus de servir la bonne cause. La propagande fonctionne.

Il n’y a qu’à allumer la télé pour s’apercevoir de son ampleur, 1 pub sur 2 met le lait à l’honneur.

Et puis un autre mot magique aidera le lobby laitier à nous refourguer toujours plus de lait « l’ostéoporose ». Il s’agit d’une maladie osseuse due à la diminution de la densité de l’os. L’os étant plus fragile, le risque de fracture augmente (col du fémur, poignet, vertèbres…).

La rumeur court que dans les pays européens le risque est grand d’avoir de l’ostéoporose du fait d’un grave manque de calcium.

Effectivement il y a beaucoup de personnes souffrant d’ostéoporose dans les pays dits développés. Ceux ou l’on consomme le plus de lait en fait. Les pays africains ou asiatiques n’ont pas ce problème. Et ils ne consomment que peu ou pas de produits laitiers. Etrange.

L’industrie laitière et pharmaceutique se rejoignent en coeur pour notre plus grand bonheur, en prônant des rations calciques gargantuesques et des traitements hormonaux post ménopause pour « pallier » au problème. Le scandale à venir est énorme en terme de santé publique d’autant que les arguments mis en avant ne reposent sur aucune étude viable mais uniquement sur des quiproquos. Plusieurs études indépendantes sont venues contredire ces allégations.

Moins on consomme de laitage et de protéines animales, plus on a des os en bonne santé.

Vous l’aurez compris, les enjeux économiques sont bien trop importants pour laisser la parole aux chercheurs indisciplinés (sous entendre libres).

Propagande et désinformation sont les maîtres mots.

Au prochain épisode nous verrons pourquoi les produits laitiers sont néfastes pour l’homme et nous ferons un petit quid des maladies. C’est par ici.

Article 2

Article 3 

lait produits laitiers

Les produits laitiers sont nos amis pour la vie ? Moi je dis pas toute la vie

Commentaires

  1. Jesen dit :

    On retrouve dans cet article de fausses informations habituelles : en effet on consomme des fromages et produits laitiers en Afrique et en Asie contrairement à ce que vous dites. De plus nos ancêtres ont toujours consommé du lait et des fromages bien avant la pasteurisation. J’ai commis l’erreur de ne pas consommer de lait pendant plusieurs années : au début, le corps puise dans les os et les problèmes n’apparaissent pas. Après quelques années, le coeur bat trop vite et commence à souffrir. Plusieurs malaises et hospitalisations. Une carence en vit D malgré 2 ans de supplémentation quotidienne. Les malaises ont cessé à la reprise du lait. Le coeur est repassé de 128 à 88 au repos. Il y a bien de la propagande et de la désinformation en matière de nutrition, mais pas dans le sens qu’on croit ; les pouvoirs en place aimeraient bien nous voir en moins bonne santé car cela génère de l’argent (ils soutiennent le veganisme par une tonne d’articles, curieux..). Un conseil : les 2 premières pages de google sur un sujet sont souvent celles qui contiennent la propagande. Seul le lait de vache me semble nocif, pas étonnant, bourré d’antibiotiques. Aucun problème avec celui de chèvre bio. La toxicité n’est pas forcément située là où on croit. La façon dont le lait est obtenu joue.

    1. Curcumabox dit :

      Bonjour Anne,
      Merci pour votre commentaire qui repose sur votre expérience. Mon article se base sur la mienne, qui est bien différente. Il n’y a pas de recette universelle, ce qui convient à l’un ne conviendra pas à l’autre. Les bienfaits de l’arrêt des produits laitiers dans mon cas sont réels et ne reposent pas sur la lecture « des 2 premières pages de google » comme vous le sous-entendez. Mes recherches s’appuient sur des livres et sur ma propre expérience. Comme la votre. N’hésitez pas à lire le livre « lait, mensonges et propagande » que je référence à la fin, c’est une mine d’information. Quant aux pouvoirs qui « soutiennent le veganisme par une tonne d’articles » j’avoue ne jamais être tombée dessus. Par contre il suffit de tourner la tête n’importe où pour tomber sur une pub pour les produits laitiers. Avez-vous des enfants ? Etes-vous au fait des menus qui leur sont proposés ? Là aussi, le lobby laitier est bien présent. Ils sont bien plus présents que les vegans, même si ces derniers ont le vent en poupe (je ne suis pas vegan).
      Nos grands parents consommaient effectivement du lait non pasteurisé. Et c’est bien là le secret. A l’époque ils le faisaient bouillir suffisamment longtemps pour détruire les facteurs de croissance du lait (néfastes pour l’homme). Aujourd’hui, les procédés de pasteurisation sont bien trop courts (rentabilité oblige) pour détruire ces facteurs. Mince. Dommage pour nous et tant mieux pour nos grands-parents.
      Et pour les fromage de brebis ou chèvre bio, bien entendu, ils sont largement meilleurs que les camemberts industriels que l’on nous sert. Tout est question de juste mesure. Pour ma part j’ai arrêté car ils ne me convenaient pas non plus. J’ai réalisé à 33 ans que j’étais intolérante à tous les produits laitiers. Ceci est mon cas personnel, le votre est différent et c’est bien normal. J’en mange quand l’occasion se présente mais ils ne font plus parti de mon quotidien.
      Les pays d’Asie et d’Afrique consomment des produits laitiers en fonction des régions, mais ces derniers n’ont pas la même ampleur qu’en Occident, loin de là.
      Le principe de décalcification des os que vous décrivez correspond bien au processus de l’ostéoporose dont les pays les plus gros consommateurs de produits laitiers sont gravement atteints… Cherchez l’erreur.
      Bref, si le sujet vous intéresse, n’hésitez pas à lire le livre de Thierry Souccar (entre autre).
      Quoi qu’il en soit, si vous êtes en meilleure forme aujourd’hui qu’hier et que vous l’attribuez aux produits laitiers, je n’irais pas contredire votre expérience et vous souhaite une excellente santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *