CurcumaNews

Le dilemme de la tomate et de ses potes, les fruits aqueux


Chez moi, la tomate se range dans la catégorie « passion » (oui, j’ai beaucoup de passions très intéressantes). Mais la tomate pose problème.

Vous êtes vous déjà demandé pourquoi vous finissiez tous vos repas comme un ballon de baudruche ?

Mise en situation

Ce soir vous avez un RDV galant (comme c’est charmant). Vous vous faufilez donc, Mesdames, dans votre robe la plus moulante et vous, Messieurs, dans votre chemise la plus ajustée.

Pour cette belle soirée je ne saurais que trop vous conseiller de ne pas consommer de tomate. En effet, un miracle étant vite arrivé, vous pourriez finir le repas avec une grossesse spontanée non désirée (vous vous retrouvez avec le ventre d’une femme enceinte de 6 mois). Quel dommage de finir ce repas si bien entamé, par l’agression d’un bouton cédant sous la pression du ventre de Monsieur et finissant dans l’oeil de Madame. Et vous Mesdames, tâchant d’expliquer que non, vous n’êtes pas en déni de grossesse mais simplement sur le point d’exploser encombrée. Le RDV galant risque de finir en eau de boudin. Ce n’est pas ce que vous aviez imaginé…

La tomate c’est bon mais comme ses amis, elle ne se digère pas.

tomate

Votre relation à la tomate

Vous êtes un fou de tomate si :

  • Vous ne supportez pas de manger vos féculents sans votre petite sauce tomate
  • Chez vous, le ketchup s’achète en pack
  • Vous les consommez même hors saison sans goût et sans couleurs pour peu que ça y ressemble
  • « Bin si je mange des légumes ! une tomate à tous les repas », la tomate n’est pas un légume, vous le saviez déjà mais votre passion a pris le dessus pour vous convaincre
  • En grappe, cerises, coeur de boeuf…Aucune variété ne vous échappe
  • Vous en consommez même pendant vos RDV galants…

Pas de panique, le but de cet article n’est pas de faire de vous un traumatisé de la tomate mais plutôt d’apprendre à la connaitre et de savoir quand la consommer.

tomate

La tomate et ses potes les relous

La tomate ne partage pas seule ce dilemme, en fait cela concerne tous les fruits aqueux : pomme, poire, pêche, melon, pamplemousse, orange, cerise, framboise, groseille…aie aie tout ce que nous aimons !

Il existe différentes catégories de fruits

  • Les amylacés (banane, châtaigne)
  • Les oléagineux (noix, amande, noisette, noix de cajou….j’en ai parlé dans mon article les basiques : l’épicerie du quotidien)
  • Les secs (datte, pruneau, figue…)
  • Les aqueux (pomme, poire, fraise, orange…)

Tous ses fruits nous apportent de nombreuses vitamines, fibres et oligo-éléments. Mais aussi du fructose et des acides citriques, tartriques et maliques. Et c’est là que les problèmes commencent car nous n’avons pas tous la même capacité de transformation et de combustion de ces acides. J’insiste bien sur ce point, nous sommes tous différents.

Ajoutons à cela que les fruits aqueux ne se digèrent pas. Je ne dis pas qu’ils sont indigestes mais simplement qu’ils ne subissent aucune digestion dans l’estomac, ils entrent et sortent (bonjour, au revoir). Ils sont digérés plus loin, dans l’intestin grêle.

La tomate (qui est bel et bien un fruit et pas un légume) est la plus acide d’entre eux, quelle soit crue ou cuite n’y change rien (aie aie désolée). Et elle se digère d’autant plus mal que nous avons la fâcheuse tendance à l’associer à des glucides très longs à digérer. Du coup, notre petite tomate est obligée de rester dans le bol alimentaire le temps que celui ci soit digéré, et elle fermente. S’ensuivent les joyeusetés classiques du type ballonnement, lourdeur, diarrhée, fatigue, perméabilité intestinale, baisse du sytème immunitaire, baisse de la vitalité, infections des voies respiratoires et ORL à répétition…tout ça pour une tomate prise au mauvais moment.

Mais rappelons que ce qui vaut pour l’un est absolument inapproprié pour l’autre. Certaines personnes digèrent très bien les fruits, ils ont généralement un profil de type robuste et bon vivant, n’ayant jamais froid même en hiver. A l’inverse, si vous êtes d’un tempérament frileux et que vous êtes vite fatigué, que la diarrhées n’est jamais loin, il se peut que les fruits ne soient pas vos amis (pas n’importe comment en tous cas).

tomate

La meilleure façon de consommer vos fruits aqueux

Voila pourquoi il est très important de consommer les tomates ou les fruits aqueux en général, seuls, en dehors du repas, vers 16h ou 17h (pour un repas pris à midi il faut compter 3h de digestion pour les enfants et 4h pour les adultes). Finir son repas par un fruit frais peu sembler approprié et équilibré mais ça ne facilite pas le travail de votre digestion, et comme elle requiert déjà beaucoup d’énergie, aidons là et économisons nous.

Un repas uniquement constitué de fruits de temps en temps est possible, c’est d’ailleurs ainsi que vous les digèrerez le mieux (voir les petits déjeuners).

Au mieux, vous les mangerez donc seuls pour bénéficier au maximum de leurs bienfaits sans les inconvénients.

Mais si vous n’avez ni la patience ni l’envie d’attendre jusqu’à 17h, placez-les au minimum en début de repas (tomate, melon, pamplemousse…).

Aujourd’hui nous trouvons de la tomate quasiment partout. Enfin, dans toute l’industrie agroalimentaire, plats préparés, pizza, conserve…Encore une bonne raison pour ne plus y succomber.

Si vous avez un extracteur de jus à la maison, il s’agit d’une autre alternative (sachant qu’un bon jus se compose à 70% de légumes, j’en reparlerai). Mais attention par exemple au jus d’orange pressé du matin qui est une bombe d’acidité pour le corps. Le mieux sera également de le consommer à 17h.

Les jus du commerce bourrés de sucre sont à bannir autant que possible.

Nous respecterons également le climat, chaud ou froid, sachant qu’en hiver le corps réclame du chaud et en été du frais. Une bonne compote chaude en hiver sera probablement mieux tolérée qu’une salade de fruit frais.

Les fruits sont riches en fructose, privilégiez ceux qui en contiennent peu comme les petits fruits rouges (groseilles, framboises, fraises, cassis, mûres, myrtilles) ils vous apporteront en plus des antioxydants très bénéfiques à votre santé.

tomate

Enfants

Il faut également veiller à l’alimentation des enfants qui ont un système digestif encore balbutiant et à qui nous donnons facilement des pâtes à la tomate ou au ketchup, ou des petites tomates cerises pour l’apéro. Quand je faisais ça avec ma fille, son ventre gonflait à vue d’oeil. Comme la plupart des enfants elle raffole des tomates cerise, et comme ce fruit à l’air si sain et inoffensif je lui en donnais très souvent, mais ça, c’était avant. Déjà, il n’y a des tomates que lorsque c’est la saison et elle en mange au goûter, lorsque l’estomac est vide et les « digère » plus rapidement.

De même, on évitera trop de mélange. Ou fruits ou gâteaux. Et pas trop de fruits différents à la fois.

Comme les adultes, les enfants sont très différents. Ma fille y est très sensible et je constate son mieux-être grâce à ces petites rectifications.

Les enfants abonnés aux infections ORL pourraient s’en trouver fort mieux. Dans leur cas, éviter d’autant plus les jus d’orange du matin très acides.

tomate

Des fruits de saison

Je précise qu’aucune tomate hors saison n’a été achetée pour le reportage photo.

Telle la colchique dans les prés (c’est la fin de l’été…avis aux amateurs), la tomate est un fruit de saison, vous les trouverez (les bonnes pas les fausses) de juin à septembre (premiers spécimens en mai s’il fait très beau) ou un peu plus longtemps s’il fait très beau (comme l’année dernière, des tomates jusqu’en novembre !).

Vous consommez vos tomates hors saison ? Avez-vous déjà goûté une tomate tout droit sortie du potager ? En plein mois d’août quand elles sont rouges à souhait, avec un goût incomparable ? Si ce n’est pas le cas je ne peux que vous recommander d’essayer, vous ne pourrez plus vous contenter de tomates à peine mûres, dures comme de la pierre et sans aucun goût. La tomate de saison est incroyable, elle mérite vraiment de se faire désirer et que l’on attende le mois de juin pour voir arriver les premiers spécimens. Ceux qui ont pu mûrir au soleil et qui n’ont été cueillis qu’une fois à point. Ceux qui font que vous ne pourrez pas patienter jusqu’à 17h pour les manger !

Et ça vaut pour tous les fruits aqueux bien entendu.

Manger sa tomate de saison, c’est déjà respecter son thermomètre interne, celui qui réclame du chaud en hiver et du frais en été.

tomate

Sources

Vous pensez que j’ai sorti tout ça de mon chapeau ? et non ! Comme je vous l’ai expliqué dans mon parcours, je ne suis pas médecin, je ne parle que de mon expérience et de choses qui ont significativement changé ma vie (en mieux !).

Mais je n’ai fait qu’une approche du sujet. Si vous souhaitez en savoir davantage, je vous recommande la lecture des livres de Robert Masson « Diététique de l’expérience » et si vous avez des enfants « Précis de pédiatrie naturopathique ». Il m’ont été d’une aide précieuse.

Comme à chaque fois que je recommande des livres, vous n’êtes pas obligé d’adhérer à 100% mais simplement de prendre ce qui vous parle.

tomate

 

Commentaires

  1. Memona dit :

    Merci pour cet article très intéressant, beau partage 🙂

  2. Jeremy dit :

    Merci beaucoup pour ce bel article bien écrit. Cela m’a beaucoup appris. Ayant les intestins fragiles c’est dommage pour moi qui adore la tomate aussi !

  3. Julie LEJEUNE dit :

    Merci beaucoup pour cet article très intéressant!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *