CurcumaNews

Je consomme VS je ne consomme plus


Concrètement, me demande t-on, qu’est-ce qu’il faut manger et qu’est-ce qu’il faut arrêter ?

Je vous fais un petit versus alimentaire (qui n’engage que moi), si ça peut vous donner des idées, alors tant mieux.

Quand je dis « je consomme, je ne consomme plus » ça veut en fait dire « j’achète, je n’achète plus ».

Il ne s’agit pas d’une liste exhaustive, tout ce qui est systématique en nutrition est faux (5 fruits et légumes par jour, 3 produits laitiers par jour, ok bien tenté mais en fait non) je sais que dans mon cas, ce qui m’a fait le plus de bien est l’arrêt des produits laitiers, j’en ai consommé pendant 30 ans sans vraiment me rendre compte que je ne les tolérais pas. Pourtant dès que j’ai arrêté, j’ai ressenti un mieux être incroyable.

Je consomme

épicerie liliacées

Je fais le marché (j’ai en bas de chez moi un marché très abordable et avec de très bons produits, pour le poisson et la viande notamment), les magasins bio (pour l’épicerie du quotidien) et je suis inscrite dans une AMAP (pour les légumes et les oeufs). Avec ça, je trouve tout ce qu’il me faut.

  • Viandes blanches (principalement du poulet dont je sélectionne l’origine)
  • Poissons frais (petits poissons type maquereaux ou sardines. Il faut aussi savoir que le poisson congelé perd une grosse partie de ses Oméga 3)
  • Fruits de mer frais
  • Oeufs bio et issus d’une petite production (par le biais de mon AMAP)
  • Un peu de fromage (chèvre et brebis)
  • Légumes de saison bio ou de proximité
  • Légumineuses
  • Céréales complètes ou demi-complètes
  • Fruits de saison bio ou de proximité (à consommer au bon moment)
  • Fruits Oléagineux, secs, amylacés
  • Herbes, épices, alliacés (oignons, échalotes, ails…), graines germées, gomasio…
  • Huiles bio de 1ère pression à froid (indispensable)
  • Vinaigre, tamari, moutarde…
  • Chocolat noir bio 70%
  • Vin bio
  • Parfois du pain bio d’artisan boulanger (si vous achetez du pain complet choisissez le bio car sinon vous prendrez tous les pesticides, le grain n’étant pas libéré de son enveloppe)
  • Produits de la ruche sélectionnées (pollen de cyste essentiellement)

J’achète essentiellement des matières premières, bio ou de proximité, les produits les plus proches de leur état naturel et les moins dénaturés. Je choisis tout ce que j’achète, c’est devenu une routine, une habitude, ça ne me prend pas plus de temps qu’avant.

Je ne consomme plus

épicerie

Je précise que je ne suis pas radicale et que si je suis invitée je n’exige rien de particulier, je m’adapte à ce que l’on me sert, pareil au restaurant ou en vacances. Mais je n’achète en aucun cas :

  • Viandes de vache, veau, mouton, agneau, gibiers, lapin, canard, kangourou, autruche, cheval, hérisson, tortue, souris (enfin vous voyez quoi)
  • Produits laitiers de vache (yaourt, beurre, crème, lait…), je ferai un article à ce sujet
  • Céréale blanche, farine blanche, sucre blanc
  • Produits de l’industrie agroalimentaire même bio (plats préparés, surgelés, sauce, pizza, préparation sans gluten, jus, sodas, conserve,…)
  • Huiles hydrogénées (acides gras trans), margarine
  • Légumes et fruits non bio ou de proximité
  • Vin non bio (j’évite en tout cas les régions humides où l’on ne lésine pas sur les pesticides)
  • Pâtisserie, viennoiserie, tout ce qui est fait à base de pâte industrielle toute prête (je n’ai pas arrêté les choses artisanales bien faites)
  • Poissons d’élevage du type truite ou saumon, ou poisson en voie de disparition comme le thon rouge, l’espadon et pleins d’autres (voilà où nous mène la surconsommation, à l’épuisement de nos ressources naturelles)

Je n’ai pas parlé de l’eau mais c’est un vaste débat, d’un côté, vous avez l’eau du robinet qui est largement déconseillée car elle contient de nombreux pesticides (malgré les soi-disants milliers de contrôles qu’elle subit) et de l’autre vous avez les bouteilles en plastique qui sont une catastrophe écologique et dont on nous assure que « non, le plastique n’est pas néfaste pour notre santé ». Les bouteilles étant formées à chaud, et l’eau injectée dedans peu de temps après, je doute que le choc thermique subi soit d’une totale innocuité pour la santé. Alors ? Alors moi j’avoue aimer mon eau de Montcalm mais en vrai, je ne suis pas persuadée du tout que ce soit le bon choix. Je vous laisse méditer, n’hésitez pas à nous apporter vos lumières.

« Je mange bio » ça ne veut rien dire

épicerie oléagineux

Attention à ce que nous mettons dans notre malle aux trésors

Les enfoirés Monsanto, Bayer, BASF, Dupont et Syngenta (pour ne citer que les plus gros) se répandent aussi vite dans le bio qu’ils ne déversent leurs saloperies pesticides sur nos terres en nous empoisonnant au passage (mince, prise en flagrant délit de vulgarité mais j’ai rencontré quelques difficultés pour la tournure de cette phrase).

C’est pourquoi il faut apprendre à faire le tri dans le bio car « je mange bio » ça ne veut pas dire grand chose. Si vous consommez des plats préparés bio ça n’a pas grand intérêt, économisez votre argent. Attention également aux produits de « remplacement » pour ceux qui ne mangent pas de gluten par exemple (très chers et mauvais pour la santé).

Les industriels sont malins, ils savent s’adapter. Si vous avez le bio dans la peau je vous conseille cet article pour sélectionner vos marques bio, si vous n’en êtes pas là, gardez le pour plus tard, je ne veux pas vous décourager ! Chaque chose en son temps, faire attention à ce que l’on ingère est déjà très bien, sélectionner ce que l’on achète c’est encore mieux.

Orientez-vous au maximum sur des choses simples, naturelles et plus abordables. On dit que le bio coûte plus cher mais ça n’est pas forcément vrai. Ça l’est si vous consommez des choses toutes faites et avec un marketing de folie. Je ne crois pas que cela concerne les fruits et les légumes.

Il y a cependant des choses qui coûtent indéniablement plus cher comme les fruits oléagineux et les huiles de première pression à froid. Les deux sont pourtant indispensables à la santé.

Comment faire avec un budget restreint ?

épicerie gingembre et curcuma

Des matières premières qui ne coûtent pas grand chose

Je ne fais plus mes courses au supermarché que j’ai déserté il y a pas mal de temps déjà (trop de tentations inutiles à mon goût). Mais je n’ai pas une famille nombreuse, à trois c’est plus simple de faire ses courses ponctuellement.

Vous faites vos courses au supermarché ? Dans ce cas, ils disposent désormais de gammes bio qui sont très abordables (même si nous sommes loin du bio de proximité mais plus dans le bio de  » grande distribution », et oui, comme vu plus haut, même Monsanto se lance dans le bio…quelle plaie).

Vous pouvez également vous inscrire dans une AMAP. Certaines AMAP comme la mienne proposent deux prix de panier, un pour les adhérents non imposables et un pour les adhérents imposables, en recherche d’équité et pour que le bio soit accessible à tous.

Achetez le plus possible de matières premières et cuisinez vous mêmes ! Vous ferez des économies certaines.

IMG_1235

Et hop, un dessert qui ne coûte rien, vite fait bien fait !

Vous avez une grande famille ? Mettez tout ce petit monde aux fourneaux ! L’éducation alimentaire commence dès le plus jeune âge, n’hésitez pas à les solliciter.

Priorisez vos dépenses. Les bonnes huiles coûtent cher mais sont indispensables à tout âge, n’hésitez pas à en acheter. Par contre économisez sur les viandes rouges par exemple, et faites le plein de protéines avec de bons oeufs frais et bio beaucoup plus abordables.

Pour les produits du quotidien, ne plus acheter de produits ménagers toxiques vous fera faire de belles économies ! Le vinaigre et le bicarbonate ne coûtent rien. Vous équilibrerez en partie votre budget.

Vous manquez de temps ?

guacamole

Equipez-vous de votre meilleure fourchette, et faites vous un petit guacamole

Vous vous dites « elle est drôle la femme au foyer mais moi je n’ai pas le temps ! », ce à quoi je réponds « pas du tout », je suis toujours par monts et par vaux, je bosse et j’ai rarement le temps de m’ennuyer. J’ai arrêté mon activité récemment pour développer mon projet mais même quand je travaillais à temps plein je cuisinais, j’aime ça (ça y fait beaucoup je ne vous le cache pas). Ça fait partie intégrante de mon organisation.

Je vous livre quelques astuces par ici. Je vous donnerai prochainement plus de recettes pour cuisiner vos légumes ou poissons très rapidement, sans altérer leurs bienfaits.

J’ai encore plein de choses à vous raconter ! Il est vrai que pour l’instant je me suis surtout attelée à la partie « alimentation » qui est un vaste domaine (dont je suis loin d’avoir fait le tour) mais je reviendrai très prochainement sur le sport, les médecines douces, la santé en général.

Bonnes courses !

 

 

Commentaires

  1. ANNE FONTAINE dit :

    Merci pour ce bel article!

    En revanche je suis sur les fesses à la lecture du lien dénonçant les groupes comme Monsanto, Bayer (et son slogan de merde « science for a better life ») et leur rachat d’entreprises bio!!! Suis vraiment écoeurée de la conduite de ces enfoirés!

    1. Curcumabox dit :

      Merci Anne, et oui c’est malheureux mais ça nous pousse d’autant plus à être très attentif à ce que nous consommons !

  2. Rachid dit :

    Perso, je ne m’adapte pas ( a ce que l’on me sert…) ni aux restos, ni en vacances. Pardon de passer pour un Tartuffe de service. Je suis une calamité et je l’assume totalement. Je fais un tri plus qu’ultra sélectif pour tout. Ça pose problème oui. J’ai besoin de parfois ( souvent ) mettre un frein à mes élucubrations « sanitaro-culino-dietetiques » (sic)

    1. Curcumabox dit :

      aha oui c’est compliqué, c’est pourquoi je m’adapte après tout le monde ne peut pas se le permettre avec les allergies ambiantes…

  3. article intéressant, bisous cindy

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *